Deux nouveaux projets ANR à l’Université

Les premiers résultats de l’appel à projets générique 2017 de l’ANR sont tombés mi juillet et 914 projets ont été sélectionnés, soit une centaine de plus par rapport à l’année dernière (801).

Parmi les projets sélectionnés, deux impliquent des unités de recherche de l’Université Paul-Valéry Montpellier :

en tant que partenaire (Nathalie Blanc – EPSYLON) du projet INFECOMP « Développement des processus inférentiels : Etudes on-line au cours de l’activité de compréhension en situation de lecture » porté par l’Université Paris 8,

comme établissement coordinateur du projet NUMAPRESSE « Du papier à l’écran Mutations culturelles, transferts génériques, poétiques médiatiques de la presse française » piloté par Marie-Eve Therenty (RIRRA21).

Doté d’une aide financière de l’ANR de plus de 450 000 €, NUMAPRESSE veut proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire qui mettra en évidence des lignes de force structurelles de la presse française du XIXe siècle à aujourd’hui. Le projet s’appuiera sur la numérisation des journaux mise en œuvre par les campagnes successives développées sous l’impulsion des bibliothèques patrimoniales, des musées et des bases de données de presse, sur la création de nouveaux outils numériques et sur une méthodologie croisant les apports des études littéraires, de l’histoire culturelle, de l’analyse du discours et des sciences de l’information et de la communication.

NUMAPRESSE, c’est aussi plus de trente chercheurs venant d’une dizaine d’établissements : UPVM (RIRRA21 et Praxiling), Lyon 2 et ENS Lyon (IRHIM), Panthéon-Paris-Sorbonne, Université Paris-Est, Université Paris III, Université Paris-Nanterre, Paris-Sorbonne, Université libre de Bruxelles et Université Laval (Québec) et un partenariat avec la très grande infrastructure de recherche Humanum et avec la Bibliothèque nationale de France.

Premiers résultats de l’appel à projets générique 2017 sur le site de l’ANR